Suisse Moi – Rencontres à Manille

Les voyageurs arrivant aux Philippines se retrouvent dans un premier temps dans une ruche gigantesque pleine d’arômes et de bruits très intensifs. C’est Manille, la capitale des Philippines, une mégapole désorganisée et hyperactive. Elle consiste en plusieurs quartiers: Makati avec ses gratte-ciels imposants, Ermita avec ses innombrables boîtes de nuit, Paysa, un énorme hub de transport – ce sont tous les mini-villes à l’intérieur de Metro-Manille. Notre préférée – c’est Intramuros, la vielle-ville fondée par les colons espagnols. Ce quartier calme avec l’architecture pleine de couleurs et de décors et avec ses ruelles bien alignées ne paraît pas appartenir à Manille. Il vit hors du temps, les murs de forteresse protégeant ses habitants d’éternels klaxons, et seuls les petits coins de karaoké organisés ça et là, nous rappellent que nous sommes toujours en XXI siècle.

Nous quittons assez vite Manille pour rencontrer Pastor Noêl (lien) dans la ville de Lucena. Pastor s’occupe de l’entretien des parois d’escalade dans cette région montagneuse, et il s’est proposé de nous en faire découvrir quelques uns. La météo est capricieuse, mais nous arrivons à faire deux-trois ascensions, dont une à voie multiple, Veronica’s Arrêts. Les paysages y sont beaux, et les gens très chaleureux, n’étant pas très souvent visités par les touristes. Nous découvrons également une petite ville d’Atimonan en se baladant dans ses ruelles étroites et à son marché de poissons.

Grâce à des pluies abondantes qui y sont tombées dernièrement, les rivières sont remplies d’eau et offrent de magnifiques cascades rafraichissantes dans la forêt de Batankay. Après une marche d’une heure et demie, nous découvrons ces majestueux torrents et passons un moment très agréable à les contempler et à nous baigner dedans.

Après nos voyages au Vanuatu, en Nouvelle Calédonie et en Polynésie Française, nous sommes habitués à la vie des îles. Il est temps pour nous de la retrouver aux Philippines également, et nous prenons la route pour Siargao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *