Suisse Moi – Sainte Marie et l’île aux Nattes

Découverte sportive de Sainte-Marie avec : VTT sexy, quad violent, saut de rocher peu profond, wakeboard spectaculaire et plongée sur une épave d’avion écrasé. Puis balade en pirogue sur les beaux îlots de sable photogéniques et autour de la belle et paisible île aux Nattes. Finalement retour sur la grande terre dans le village endormi de Mahombo.
La suite pour notre dernière semaine à Madagascar c’est Tamatave puis le canal des Pangalanes avant de rentrer sur Antananarivo. Commente avec tes idées pour la dernière vidéo de Mada!
Article complet ici https://www.suissemoi.com/2017/11/24/…

Suisse Moi – Départ de Mbour et visite du Sine Saloum

Au programme : Descente de Mbour et visite du Sine Saloum. Porter une caisse de poisson sur la tête à Djiffer. Devenir passager d’un pilote d’un 700 raptor. Faire du camping sur Mar Lodj. Rencontrer la reine Fatou sur Sipo. Traverser la Gambie et arrivée à Ziguinchor
Article avec photo sur https://www.suissemoi.com/2017/03/20/…

Suisse Moi – Rencontres à Manille

Les voyageurs arrivant aux Philippines se retrouvent dans un premier temps dans une ruche gigantesque pleine d’arômes et de bruits très intensifs. C’est Manille, la capitale des Philippines, une mégapole désorganisée et hyperactive. Elle consiste en plusieurs quartiers: Makati avec ses gratte-ciels imposants, Ermita avec ses innombrables boîtes de nuit, Paysa, un énorme hub de transport – ce sont tous les mini-villes à l’intérieur de Metro-Manille. Notre préférée – c’est Intramuros, la vielle-ville fondée par les colons espagnols. Ce quartier calme avec l’architecture pleine de couleurs et de décors et avec ses ruelles bien alignées ne paraît pas appartenir à Manille. Il vit hors du temps, les murs de forteresse protégeant ses habitants d’éternels klaxons, et seuls les petits coins de karaoké organisés ça et là, nous rappellent que nous sommes toujours en XXI siècle.

Nous quittons assez vite Manille pour rencontrer Pastor Noêl (lien) dans la ville de Lucena. Pastor s’occupe de l’entretien des parois d’escalade dans cette région montagneuse, et il s’est proposé de nous en faire découvrir quelques uns. La météo est capricieuse, mais nous arrivons à faire deux-trois ascensions, dont une à voie multiple, Veronica’s Arrêts. Les paysages y sont beaux, et les gens très chaleureux, n’étant pas très souvent visités par les touristes. Nous découvrons également une petite ville d’Atimonan en se baladant dans ses ruelles étroites et à son marché de poissons.

Grâce à des pluies abondantes qui y sont tombées dernièrement, les rivières sont remplies d’eau et offrent de magnifiques cascades rafraichissantes dans la forêt de Batankay. Après une marche d’une heure et demie, nous découvrons ces majestueux torrents et passons un moment très agréable à les contempler et à nous baigner dedans.

Après nos voyages au Vanuatu, en Nouvelle Calédonie et en Polynésie Française, nous sommes habitués à la vie des îles. Il est temps pour nous de la retrouver aux Philippines également, et nous prenons la route pour Siargao.

Suisse Moi – Espiritu Santo Vanuatu

Nous partons à la découverte de l’île de Espiritu Santo, Vanuatu, en scooter vers le nord, en transport publique vers le sud. Visite des villages tribaux, partage de leur repas traditionnel, canyoning dans la Grotte de Millénaire et canoé sur Tangoa. Chasse et pèche, messe et transport, Vanuatu l’authentique dans cette vidéo.

Suisse Moi – Nature et découverte du Vanuatu

Nous voilà au Vanuatu, VIDEO et article complet http://www.suissemoi.com/2016/11/18/v…
Au programme arrivée sur Port Vila et découverte de la ville et du marché, recherche de Dugong sur Epi, découverte de plantation de Kava et dégustation en masse. Baston de chevaux et équitation avec le plus venère.
On arrive à Santo, on attends tes idées de défis à réaliser ici. Merci de partager la vidéo et de nous dire ce que tu en pense

Le Vanuatu: les premières impressions
Talents de Port-Vila
Le climat ici est très humide. Les températures paraissent plus élevées, mais le vent frais aide à les supporter. Port-Vila, la chaude et poussiéreuse capitale de Vanuatu, nous offre ses premières surprises. Après la visite du marché avec ses nombreuses couleurs et saveurs, nous rencontrons un groupe de danseurs hip-hop calédoniens qui viennent donner un spectacle de danse hip hop et breakdance avec les élèves du centre d’art Wan Small Bag. Ils proposent à Sylvain de venir participer à un entrainement, et nous y allons aussitôt avec un grand plaisir. Wan Small Bag est une association à but non-lucratif qui permet aux enfants de Port-Vila de faire du sport et de l’art gratuitement. Les enfants y sont nombreux à apprendre les nouveaux mouvements du hip-hop malgré la chaleur étouffante. De plus, ils ne sont pas du tout timides, et la caméra ne les dérange apparemment pas. Les futures stars!

A la recherche du dugong
Obsédés par une idée de voir les dugongs, nous quittons assez vite Port-Vila pour l’île d’Epi abritant ces animaux mythiques. La vache de mer de son deuxième nom, les dugongs sont les mammifères marins, les parents éloignés donc des lions et des éléphants de mer. Les plus proches sont bizarrement les éléphants… Cette espèce, comme malheureusement, beaucoup d’animaux choux, est en danger d’extinction. Les baies d’Epi font partie des derniers endroits au monde où l’on peut encore les voir.

Cependant, le dugong se laisse désirer. A la première session de snorkeling nous trouvons de magnifiques coraux en excellent état entourés de centaines de poissons de différentes tailles. Notre coup de cœur sont des énormes étoiles de mer de couleur bleu marine très vive. Hélas, pas de dugong en vue. Les locaux nous proposent alors une autre stratégie de recherche. Au lever ou au coucher du soleil, il faut d’abord observer la mer. En effet, ce mammifère a des poumons et doit remonter régulièrement à la surface pour respirer.

Le lendemain, après quelques minutes d’attente à 5h du matin au bord de la baie, nous apercevons pas très loin une grande tête qui replonge tout de suite dans l’eau suivie de son corps long et fort. Pas de doute, c’est le dugong! Hélas, une fois dans l’eau, on ne retrouve plus de traces. La récompense cette fois c’est la rencontre avec de nombreuses tortues géantes venues se nourrir dans la même baie.

Nous essayons encore une fois un jour plus tard. Cette fois, la météo se retourne contre nous: la baie est toute agitée, et les vagues remuent le sable du fond, ce qui diminue la visibilité dans l’eau à zéro. De nouveau, nous voyons notre dugong remonter et respirer depuis le bord, mais impossible de le retrouver une fois qu’il replonge. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à faire connaissance avec cet animal câlin et amical, selon les dires des locaux.

Epi l’intacte
L’île d’Epi est assez grande mais très peu développée. Ses habitants vivent de l’élevage de bœuf et de l’agriculture, du coup, il n’y a pas beaucoup de routes et d’infrastructures. Pas question donc de louer un véhicule pour partir à la découverte de l’île, ce qui nous déçoit un peu. La chance se tourne vers nous, et nous rencontrons dans notre auberge un ingénieur belge qui a pour mission de faire des analyses d’une rivière de l’île pour y installer un système hydro-électrique. Évidement, nous partons à la découverte avec lui! Le chauffeur local et une voiture 4×4 rendent ce voyage assez agréable. Nous passons dans les villages peu touchés par le tourisme avec les plages de sable noir et les enfants tout contents de nous voir. Nous arrivons ensuite à la montagne, où les habitants nous prêtent des chevaux pour aller visiter leurs pâturages et leurs plantations de kava. Cette boisson relaxante est d’ailleurs originaire du Vanuatu,

Suisse Moi – Freeride de fou dangereux

Bienvenue à Villars, deuxième station SUISSE sur mon passage.
Direct arrivé j’ai commencé par tester le snowboard Joering pour réaliser un défi, réussir un saut à 360 degrés tiré par un cheval. Après quelques essaies pour tester la puissance du cheval et voir si mon défi est réalisable, je me lance et bim, réussi ;) bon petit le saut.

Suite de la journée, je teste le tandem ski, une sorte de fauteuil hyper-technique avec méga amortisseur qui permet à tous et chacun de se balader sur les pistes. L’accompagnant peut vraiment s’adapter aux envies de la personne, et là tout est possible, carver, sauter, des virages rapides, super vitesse, poudreuse, il faut juste trouver le bon moniteur. Moi je suis tombé sur un pro, Sébastien Hermann, je me suis éclaté.http://www.gotandem.info/

Un défi particulier m’attend, tester des vieux skis, mais pas n’importe lesquels, des skis en douves datant d’autour de 1850. Nos ancêtres prenaient une partie de tonneaux de vin pour en faire des petits ski sans carres. Ça glisse bien mais pour tourner ou freiner il faut utiliser un gros bâton de 2m. J’ai bien aimé découvrir cette activité à l’ancienne. Merci à Laurent!

Une grosse journée pour ne pas dire énorme, départ de Villars avant même l’ouverture des pistes, direction les Diablerets pour tester un snowboard fabriqué aux Diablerets, le Milonhttps://www.facebook.com/MilonSnowboards

Sa particularité, il est petit, le tail n’existe quasiment pas et il a une forme de bite. Réputé polyvalent il est en tout cas parfait pour la poudre. Ça tombe bien on m’a préparé une sortie de malade :) Je pars avec une équipe de la région pour un magnifique freeride qui commence par 80m de rappel, pour ensuite descendre dans de belles pentes puis dans la forêt. Un super souvenir et une belle aventure. Merci à toute l’équipe. Afin de mieux tester le Milon, je le garde avec moi encore quelques jours :) Trop kiffant de rider ce petit board.

La journée n’est pas finie, je retourne à Villars et me dirige dans un endroit inconnu pour dormir à la belle étoile. Oui c’est l’hivers, il neige et on est en montagne, bref j’ai le flip’o'mêtre à zéro, peur d’avoir froid. De plus, après cette journée de ride je suis déjà un peu trempé. Une fois les personnes de ISBC trouvées http://isbc.ch, départ en snowboard avec masse de matos pour trouver l’endroit où on va dormir…

Une fois arrivés sur place, pas de glande, une équipe part scier des arbres morts alors que l’autre prépare creuse la neige pour faire un coin pour le feu. Juste à la tombée de la nuit le feu est prêt et on peut enchaîner avec une bonne fondue, miam. On fait la fête, on discute, on rigole bien, mais on ferra moins les malins le lendemain matin… Afin d’éviter que trop de neige me tombe dessus on a creusé un trou dans la neige, ce sera ma chambre pour la nuit. Froid ?, oui surtout les pieds, mais le pire c’est de remettre des boots froides et mouillées le matin :(

Un petit café au réchaud, on range les affaires et c’est parti pour une petite descente en freeride pour m’amener au paradis :) Une buvette, pour un petit déjeuner avec un fourneau allumé, en moins de 20 seconde je me retrouve les pieds nus à 2cm de ce poêle. Que du bonheur, je me sens revivre, orteil après orteil, je souris à nouveau, je suis heureux, la vie reprend son cours normal!

Ce séjour à été réalisé en partenariat avec l’office de Tourisme des Diablerets et de Villars

Deviens un suisseur en te suissecribant http://bit.ly/1aHHqG6
et suis moi sur : http://SUISSEMOI.com
http://FACEBOOK.com/suissemoi
http://TWITER.com/suissemoi
http://INSTAGRAM.com/suissemoi